« Barcelone a vu davantage de barricades que toute autre ville au monde », écrivait Engels en 1873. Hier, mardi 15 octobre, Barcelone a confirmé cette réputation. Différentes organisations républicaines et démocratiques ont appelé à des veillées pacifiques à travers la Catalogne, pour protester contre les peines infligées aux prisonniers politiques par la Cour Suprême espagnole. A Barcelone comme dans d’autres villes, les manifestants – y compris des familles, des personnes âgées et des enfants – ont été brutalement attaqués par les polices anti-émeutes espagnoles et catalanes, à coup de matraques, de flash-ball et de gaz.

Neuf prisonniers politiques catalans, en détention préventive depuis près de deux ans, ont été condamnés par la Cour Suprême espagnole à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds publics. Pour quel « crime » ? L’organisation du référendum d’indépendance catalane le 1er octobre 2017. C’est une décision scandaleuse et anti-démocratique qui montre à quel point le régime espagnol de 1978 est pourri. La Tendance Marxiste Internationale (TMI) condamne ces peines monstrueuses et appelle les forces ouvrières, socialistes et démocratiques du monde entier à se mobiliser contre elles de toutes leurs forces.