French

Pour la première fois, des travailleurs canadiens ont forcé l’abrogation d’une loi spéciale de retour au travail. La lutte inspirante des 55 000 travailleurs de l’éducation de l’Ontario a permis de remporter une importante victoire partielle. Le gouvernement pensait écraser les travailleurs en rendant préventivement leur grève illégale, en leur imposant un contrat et en violant leurs droits constitutionnels avec la clause dérogatoire. Mais le régime de Doug Ford a plutôt provoqué une grève illégale qui était en voie de se transformer en grève générale à l’échelle de tout l’Ontario.

Le 30 octobre dernier, au Brésil, Luiz Ignacio Lula – le candidat du Parti des travailleurs (PT) – a remporté les élections présidentielles d’une courte tête : 50,9 %. Son adversaire, le président sortant Jair Bolsonaro (extrême droite), a déjoué tous les sondages au premier tour, puis a progressé de 6 millions de voix entre les deux tours, contre 2,6 millions pour Lula.

Depuis que la « police de la moralité » a tué une jeune femme kurde, début septembre, l’Iran est le théâtre d’une mobilisation révolutionnaire dont la jeunesse en est la colonne vertébrale. A ce jour (6 novembre), les manifestations et rassemblements se poursuivent à un rythme quasi-quotidien, malgré la répression féroce déclenchée par le régime dictatorial de Khamenei.

Depuis près de six mois, le secrétaire général du syndicat Kurier (qui organise les coursiers de la livraison alimentaire), Kirill Ukrainstev, est en garde à vue. Il est accusé d’avoir organisé des évènements publics illégaux. En réalité, il est persécuté pour ses activités syndicales et pour avoir défendu les droits d’une des couches les plus défavorisées et les moins protégées de la classe ouvrière.

Le 13 septembre, une jeune femme kurde nommée Jîna Emînî était arrêtée à Téhéran par la « Police de la moralité », qui lui reprochait de porter son hijab d’une façon « incorrecte ». Après avoir battu son frère, ils ont torturé la jeune femme jusqu’à ce qu’elle perde connaissance. Après avoir été emmenée à l’hôpital, elle est finalement morte de ses blessures le 16 septembre.

Le mouvement de révolte des masses iraniennes dure depuis plus de quatre semaines et la répression déchaînée par le régime n’a eu pour effet que de pousser de nouvelles couches de la population dans la lutte. La jeunesse des rues et des universités a maintenant reçu le renfort de milliers de lycéens, de commerçants des bazars, mais aussi d’importants secteurs de la classe ouvrière. Une série de grèves a commencé dans le secteur pétrolier et pétrochimique, le cœur de l’économie iranienne.

Les manifestations en Iran, déclenchées par le meurtre d’une jeune femme kurde, Mahsa Amini, se sont maintenant étendues à au moins 140 villes dans toutes les provinces du pays. Elles se sont transformées en un soulèvement national, incomparable à tout autre mouvement précédent dans l’histoire de la République islamique. 

Elizabeth a eu la chance de monter sur le trône juste après la guerre, au début d’une période de croissance économique mondiale. Durant près de 25 ans, l’augmentation presque continue du niveau de vie a assuré une certaine foi en l’avenir et préservé du même coup la stabilité sociale. Les cinquante années suivantes ont été très différentes. La crise mondiale de 1974 et le déclin de plus en plus rapide du capitalisme britannique ont ouvert une période d’intenses luttes de classe, marquée par le Thatcherisme et la « désindustrialisation » de la Grande-Bretagne.

Le gouvernement allemand est contraint de rationner l’eau chaude, de réduire l’éclairage public et des salles spécialement chauffées sont mises en place pour ceux qui n’ont pas les moyens de payer le chauffage central – et ce dans un pays où les températures hivernales descendent régulièrement bien en dessous de zéro. De nombreux Allemands font des réserves de bois pour se chauffer, car ils estiment que les réserves de gaz seront totalement ou presque épuisées d’ici début 2023. Telles sont les sombres perspectives qui s’offrent à la classe ouvrière du moteur économique de l’Europe.

Récemment publiée en anglais, cette Histoire de la philosophie est en cours de traduction en français et sera prochainement disponible sous forme de livre. En attendant, nous en publions ici, au fur et à mesure, les chapitres déjà traduits.

Après des jours d’intense spéculation et de faux-fuyants, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a atterri à Taipei, à Taïwan, à bord d’un avion de l’US Air Force. Cette provocation irresponsable et réactionnaire de l’impérialisme américain envers la Chine menace de déstabiliser l’ensemble de la région indo-pacifique.

L’Université marxiste internationale (#IMU22), qui s’est tenue du 23 au 26 juillet, a dépassé toutes les attentes! Un total de 7333 personnes se sont inscrites – une augmentation de plus de 1000 personnes depuis notre dernière UMI en 2020! De la Bolivie à la Belgique, du Vietnam au Venezuela, en passant par le Pakistan et le Pérou, les travailleurs et les jeunes révolutionnaires ont afflué à la plus grande école marxiste que la TMI ait jamais organisée, pour écouter des discussions du plus haut niveau politique, et ont fait don de plus de 825 000 euros à notre collecte, qui serviront à l’achat d’un nouveau bureau international à Londres.

La guerre en Ukraine a donné lieu à une vague de militarisme. Les impérialistes occidentaux ont dépensé des milliards pour envoyer du matériel militaire en Ukraine. Et les dépenses de « défense » ont explosé dans les pays de l’OTAN, notamment en Allemagne. Sur fond de dévastation, les fabricants d’armes touchent le jackpot.

Aux premières heures du vendredi 24 juin, des centaines de migrants ont tenté de traverser la frontière entre le Maroc et l’Espagne à Melilla. Ils ont été victimes d’une répression féroce de la part de la police espagnole et de la gendarmerie marocaine. A l’heure où nous écrivons, le bilan de cette tragique journée est, selon les ONG locales, de 37 morts et 76 blessés dont 13 graves. Cette catastrophe s’est produite à peine quelques mois après la signature d’un traité entre le gouvernement espagnol et la dictature marocaine.

La Cour suprême des États-Unis a invalidé l’arrêt Roe v. Wade qui, depuis 1973, protège constitutionnellement le droit des femmes à se faire avorter. Des dizaines d’États devraient annoncer des interdictions et des restrictions de l’avortement à des degrés divers dans les jours et les semaines à venir.

Le 13 juin, une grève a été lancée en Equateur par la Confédération des nationalités indigènes de l’Equateur (CONAIE). Celle-ci réclame notamment le blocage des prix du carburant, des biens de première nécessité, et la fin des politiques de privatisations. Ces demandes sont en contradiction directe avec les « recommandations » du Fonds Monétaire International, comme avec la politique du gouvernement de Guillermo Lasso.

La lutte des classes s’intensifie en Grande-Bretagne, où les cheminots sont en grève. La presse de caniveau crie à la « guerre de classe ». Et pour une fois, elle a raison. Voici la traduction d’un article publié par nos camarades de Socialist Appeal, la section britannique de la TMI.

Depuis le 13 juin, l’Equateur est balayé par une mobilisation révolutionnaire. Des dizaines de milliers de personnes se mobilisent à travers tout le pays, de la région côtière à l’Amazonie en passant par les Andes, à l’appel de la Confédération des Nationalités Indigènes de l’Equateur (CONAIE). Alors que des grèves ont éclaté dans les transports ou encore dans l’industrie pétrolière, des masses d’Equatoriens, indigènes ou non, ont répondu à l’appel de la CONAIE et ont marché sur la capitale Quito.

Avec 50,48 % des voix, Gustavo Petro et Francia Marquez ont remporté la course à l’élection présidentielle colombienne contre le démagogue de droite Rodolfo Hernandez. L’importance historique de la victoire de Petro, Marquez et du Pacto Histórico ne peut être sous-estimée. Gustavo Petro est devenu le premier président de gauche de l’histoire de la Colombie. Sa présidence représente un tournant dans la lutte des classes d’un pays où l’oligarchie capitaliste agit en bourreau en toute impunité.