Chauvin condamné pour le meurtre de George Floyd – Tout le système est coupable

L’été dernier, des dizaines de millions de personnes aux États-Unis ont participé au mouvement Black Lives Matter, déclenché par le meurtre de George Floyd par la police raciste. Près d’un an plus tard, le 20 avril 2021, son meurtrier Derek Chauvin a été reconnu coupable de trois chefs d’accusation : homicide involontaire au deuxième degré, meurtre au troisième degré avec « esprit dépravé » et homicide involontaire au deuxième degré.


[Source]

La condamnation de Chauvin est loin de rendre justice à George Floyd et à tous ceux qui sont constamment confrontés à la brutalité policière. Le fait qu’un seul policier soit « tenu responsable » de ses actes est un geste symbolique qui vient en réponse à l’énorme énergie dépensée par les masses lors du mouvement de l’année dernière.

Mais le soulèvement de l’été dernier n’a pas seulement été causé par le meurtre de George Floyd – c’était une explosion de toute la colère refoulée provenant du harcèlement et de l’exploitation constants que des millions d’opprimés subissent chaque jour. Rien qu’à Minneapolis, la police a tué près de 50 hommes noirs au cours des 20 dernières années. Entre 2013 et 2020, les policiers américains ont tué plus de 9000 personnes, dont un quart de Noirs. L’année dernière, le mouvement a été nourri par le meurtre de Breonna Taylor dans le Kentucky et la mise à mort de Jacob Blake dans le Wisconsin. Le mouvement réclame justice, non seulement pour George Floyd, mais aussi pour toutes les victimes anonymes dont les tueurs en bleu n’ont jamais comparu devant un tribunal.

Au cours des huit dernières années, seuls 151 des meurtres policiers documentés ont donné lieu à une inculpation, et encore moins à une condamnation. Cela représente à peine 1,6%. Par exemple, l’agent qui a effrontément abattu Jacob Blake à Kenosha ne fait face à aucune conséquence pour ses actes. Il n’est pas non plus pris en compte dans ces statistiques car il est toujours en vie, paralysé à partir de la taille après avoir reçu sept balles dans le dos tirées à bout portant. Les agents qui ont assassiné Breonna Taylor n’ont pas été inculpés. Pas plus que l’agent de Chicago qui a tiré sur Adam Toledo, 13 ans, malgré les images de sa caméra corporelle montrant l’enfant levant les mains juste avant son meurtre.

Depuis le début du procès de Chauvin le 29 mars, la police a tué plus de trois personnes par jour. Et le 11 avril, avant même que la défense de Chauvin ait pu présenter son dossier, Daunte Wright a été assassiné par la police à Brooklyn Center, à une courte distance du centre-ville de Minneapolis.

La réaction à ce dernier meurtre a été immédiate. Des centaines de personnes ont afflué pour protester. La Garde nationale, qui était prête pour le verdict de Chauvin, a été déployée plus tôt que prévu. Le gouverneur démocrate Tim Walz a informé les Minnesotais que la « plus grande présence policière de l’histoire du Minnesota » ferait respecter un couvre-feu, qui devait commencer à 19 heures – l’heure prévue pour une manifestation organisée en réponse au meurtre de Wright. Mais les manifestants se sont quand même rassemblés et ont dû faire face à une répression vicieuse, les balles en caoutchouc et les gaz lacrymogènes faisant des blessés presque tous les soirs. Loin d’être une démonstration de force, cette violence policière contre les manifestants, ainsi que le verdict de culpabilité de Chauvin, montrent que la classe dirigeante est profondément préoccupée par un autre mouvement de masse. L’année dernière, les manifestations de Black Lives Matter ont causé une peur bleue à la classe dirigeante. À son apogée, le président Trump se cachait dans un bunker souterrain, menaçant d’utiliser toute la puissance de l’armée contre des civils non armés.

Le centième jour de Biden approche à grands pas, et après les quatre années mouvementées de la présidence de Trump, la bourgeoisie cherche à rétablir la crédibilité de son système. Ainsi, en plus du bâton, la carotte est également utilisée. Pendant le procès, Biden a appelé la famille de George Floyd pour dire qu’il « priait » pour le « bon verdict », et la congressiste Maxine Waters a dit qu’elle espérait que Chauvin soit déclaré « coupable, coupable, coupable ». Le verdict de culpabilité fait partie d’un effort concerté de la classe dirigeante pour prouver que le système judiciaire est « équitable » – afin d’éviter un autre débordement à l’échelle nationale, par millions.

Compte tenu de l’importance des enjeux, le gouvernement s’est efforcé de contrôler l’information et la discussion et d’assurer la « stabilité » pendant le procès. Peu avant le début du procès, le gouvernement de Minneapolis a érigé des barricades autour du palais de justice au centre-ville – l’image même d’un système judiciaire « libre, équitable et inspirant la confiance ». En coordination avec le gouverneur Walz, la ville de Minneapolis a déployé 2000 soldats de la Garde nationale pour la durée du procès dans le cadre de l’opération « Safety Net ». La police a placé des fils barbelés autour des bâtiments gouvernementaux afin d’intimider les manifestants. Néanmoins, environ 1000 personnes ont manifesté à l’extérieur du centre gouvernemental du comté d’Hennepin, barricadé, le premier jour du procès, et il y a eu des manifestations presque quotidiennes depuis lors.

La ville a également tenté d’influencer l’opinion publique sur le procès par le biais d’un plan visant à engager des influenceurs sur les médias sociaux pour diffuser des informations. Les annonces de recrutement ciblaient spécifiquement les minorités ethniques de la région, offrant 2000 dollars chacune à six personnes qui diffuseraient des « messages générés et approuvés par la ville ». Le conseil municipal, à majorité démocrate, a essayé de faire ce que les démocrates font le mieux : coopter les leaders du mouvement pour faire valoir son programme. Face à la réaction du public, ces offres d’emploi ont finalement été retirées.

En outre, les médias bourgeois ont tenté de fournir une couverture « neutre » et « juste » pendant le procès, et l’État a accepté un plus grand degré de « transparence » pour la presse, ce procès étant le premier procès pénal de l’histoire de l’État à être télévisé. Une partie de cette couverture « neutre » par le St. Paul Pioneer Press comprenait les opinions de Richard Frase, professeur à la faculté de droit de l’université du Minnesota, qui défendait la nécessité de trouver des jurés qui « n’ont pas d’opinion arrêtée sur l’affaire » dans les zones rurales du comté d’Hennepin – qui se trouvent être majoritairement conservatrices et blanches.

Contrairement à l’idée que se fait le Pioneer Press de l’« impartialité », les accusés noirs sont 1,25 fois plus souvent condamnés par un jury entièrement blanc que les accusés blancs. Des groupes de 50 ou 100 jurés potentiels ne comptent généralement qu’un ou deux jurés noirs potentiels, voire aucun, même dans les comtés les plus « diversifiés » du pays. Dans ce procès, un groupe de 300 jurés a été trié à la fois par la défense et l’accusation. Le jury final, composé de 12 personnes et de deux suppléants, a été présenté comme « plus diversifié que Minneapolis », ce qui signifie essentiellement qu’il n’était pas entièrement blanc.

Mais il ne peut jamais y avoir de véritable « impartialité » et « équité » sous le capitalisme, car c’est la classe dirigeante qui fixe les règles d’un système intrinsèquement raciste. Comme le dit l’ABC du communisme : « Quelle que soit la composition du tribunal, ses décisions sont limitées conformément aux volumes des lois dans lesquelles sont incorporées tous les privilèges du capital et toute l’absence de privilèges des masses laborieuses. » On ne peut pas exorciser le racisme systémique par une plus grande « diversité » dans l’appareil judiciaire ou répressif. La police applique les lois racistes adoptées pour défendre les intérêts de la minorité propriétaire, et les tribunaux les confirment et les légitiment.

Le système de justice pénale capitaliste est particulièrement biaisé à l’encontre des Noirs pauvres et de la classe ouvrière. Il est illégal de radier des jurés sur la seule base de leur race, mais les avocats peuvent facilement fabriquer des raisons « neutres » sur le plan racial pour les disqualifier. Par exemple, l’avocat de Chauvin, Eric Nelson, a écarté le juré potentiel numéro 76, en déclarant que celui-ci « avait un préjugé contre le département de police de Minneapolis » – simplement en raison du fait qu’il vit du racisme au quotidien. Le juré potentiel avait décrit comment la police avait l’habitude de circuler dans son quartier au son de « Another One Bites the Dust » après une fusillade ou une arrestation dans le secteur. Pourtant, un juré blanc sélectionné, qui prétend avoir une « opinion neutre de Black Lives Matter » et s’oppose fermement au définancement de la police, n’a pas été considéré comme « partial ».

Les chiens de garde du capitalisme ont ouvert leur portefeuille pour payer l’énorme facture de Chauvin. Il a reçu plus d’un million de dollars en fonds juridiques de l’Association des policiers et des agents de la paix de Minneapolis, et dispose de 11 avocats, en plus d’un avocat privé.

La défense s’est appuyée sur l’argument fallacieux selon lequel la mort de George Floyd n’était pas le résultat direct de l’étranglement de neuf minutes, mais plutôt dû à une consommation de drogues et à d’autres problèmes de santé sans rapport. Mais la preuve est claire et nette et contredit cela : Floyd a été lentement étranglé à mort alors qu’il suppliait qu’on le laisse en vie. L’accusation a montré les vidéos des caméras de sécurité et des téléphones portables au début du procès. Des témoins ont été amenés à la barre par l’accusation, dont un ancien lutteur qui a expliqué que Chauvin utilisait un « étranglement par le sang ». Un pathologiste médico-légal ayant plus de 36 ans d’expérience a résumé l’autopsie de manière claire : « Les actes des agents de police ont entraîné la mort de M. Floyd. »

Dans l’esprit des millions de personnes qui ont vu la vidéo virale des derniers instants de George Floyd, il n’y a pas l’ombre d’un doute qu’il a été brutalement assassiné en plein jour et de sang-froid. Mais si l’auteur immédiat de ce crime raciste était Derek Chauvin, il n’était qu’un maillon d’une chaîne d’institutions conçues pour soutenir un système dont les fondements mêmes sont l’exploitation et le racisme. Le capitalisme engendre le besoin d’une force armée pour défendre la propriété privée et réprimer la classe ouvrière et les pauvres. C’est le capitalisme qui a donné naissance à l’idéologie raciste et à la violence pour diviser et gouverner contre la classe ouvrière. Le capitalisme a aidé et encouragé le meurtre de George Floyd. Derek Chauvin et les autres policiers qui l’ont soutenu sont des produits de ce système.

Et pourtant, le service de police n’a pas été jugé – pas plus que les trois autres agents présents sur les lieux avec Derek Chauvin, qui seront jugés en août. Le conseil municipal, qui a voté une augmentation du nombre de policiers dans la ville en décembre dernier après avoir promis de démanteler la police, ne va pas être jugé. Des centaines de policiers meurtriers continueront à s’en tirer tant que ce système persistera.

Il n’existe pas de justice aveugle et impartiale dans une société construite sur l’exploitation et l’oppression. Rien n’existe dans le vide. Une société raciste et exploiteuse ne produira pas un système judiciaire impartial, une force de police « qui ne voit pas la couleur de peau » ou des prisons humaines axées sur la réhabilitation. Les tribunaux ne sont pas des arbitres neutres de la justice, mais constituent un bras de l’État qui sert les intérêts de la classe dirigeante, et nous ne devons pas nous imaginer que les tribunaux vont mettre en accusation un système auquel ils appartiennent et qu’ils soutiennent. Il ne peut y avoir de justice tant que l’on maintient une force de police qui a été créée par des esclavagistes pour pourchasser les esclaves en fuite.

L’été dernier, de nombreux participants au mouvement ont conclu qu’il fallait « définancer » ou « abolir la police ». Mais la seule façon d’éliminer l’appareil répressif est de renverser le système qui dicte les lois. En fin de compte, il ne s’agit pas simplement de « dissoudre » la police de Minneapolis – c’est tout le système qui doit être renversé.

Pour atteindre cet objectif, le mouvement BLM a besoin d’une plus grande organisation, d’une meilleure coordination et d’un programme de lutte clair. Les syndicats doivent peser de tout leur poids dans le mouvement. Nous avons eu un aperçu du pouvoir potentiel du mouvement syndical lors des manifestations qui ont suivi le meurtre de Daunte Wright. Après avoir appris que la Garde nationale utilisait le bâtiment de la Fédération régionale du travail de Saint-Paul comme base, les travailleurs de la base se sont manifestés pour exiger leur départ, et elle est partie sans faire d’histoires. De nombreux syndicats ont exprimé leur solidarité avec les manifestants, notamment la Minnesota Nurses Association, Minnesota Workers United et la St. Paul Federation of Educators.

Les comités de surveillance des quartiers qui ont vu le jour à Minneapolis l’été dernier sont un exemple concret de ce à quoi peuvent ressembler l’autodéfense et l’auto-organisation des travailleurs. Si les circonstances l’exigent, ces comités devraient être relancés, coordonnés par le mouvement ouvrier, renforcés par une direction démocratique, établis sur chaque lieu de travail et dans chaque quartier, et se répandre jusqu’à Saint-Paul et dans tout le pays. En plus de protéger nos quartiers de la police et des milices d’extrême droite, ces comités, avec leur lien organique avec la classe ouvrière, joueraient un rôle crucial dans la coordination des préparatifs d’une grève générale, pour laquelle les dirigeants syndicaux devraient appeler et se mobiliser. C’est la seule façon sérieuse de défier la domination des capitalistes et de leur système!

Seuls un mouvement véritablement massif et le pouvoir conscient de la classe ouvrière peuvent obtenir ne serait-ce qu’une once de justice pour George Floyd et les milliards d’autres victimes de ce système. Pour mettre fin au racisme, nous devons mettre fin au capitalisme. C’est pour cela que la TMI se bat, et nous vous invitons à nous rejoindre!

Join Us

Join the International Marxist Tendency and help build a revolutionary organisation to participate in the struggle for socialism worldwide!

In order to join fill in this form and we will get back to you as soon as possible.